Écrits juifs
Écrits juifs
Auteur: Moses Mendelssohn.
₪90

Moses Mendelssohn (1729-1786) fut un penseur d’« entre les mondes » ; philosophe, remarquable écrivain de langue allemande, traducteur de Rousseau et de la Bible, il fut encore, en langue hébraïque, un exégète affûté, sensible aux aspérités de la lettre scripturaire comme aux idées. Il se soucia, sans sacrifier l’un pour l’autre, des deux mondes, du juif et de l’allemand (et, au-delà, de l’européen) ; souvent, il dut s’interposer entre eux. Inquiet de la pérennité de son peuple, de son bonheur et de son honneur, il fut encore soucieux du « salut universel », du bonheur des hommes à la lumière de la raison ; il ne balança pas entre elle et la révélation, mais voulut les voir réconciliées, alliées. Le « Socrate de Berlin » – comme on le surnomma après la parution de son Phédon (1767) – fut le même qui se consacra des années durant à traduire la Bible hébraïque en allemand avec un commentaire ; le même enfin qui fit paraître Jérusalem, ce livre majeur qui inaugura la pensée juive moderne. « Entre les mondes » – c’est dire aussi combien il s’exposa aux critiques et récriminations, les uns l’accusant d’opiniâtreté judaïque, les autres au contraire de promouvoir l’assimilation des Juifs à l’Europe des Lumières. Quoiqu’il répugnât à la polémique, il dut se défendre. Ce sont ces visages de Mendelssohn que nous présentons ici ; l’un, farouche, traversant la correspondance polémique avec Lavater et Bonnet ; un autre, hospitalier mais sévère, traversant la correspondance sur le noahisme avec Jacob Emden ; un dernier enfin, plus serein, presque paternel, tout le long de l’introduction à sa traduction de la Bible mosaïque.