La divine insouciance
La divine insouciance
Auteur: René Lévy.
₪150

Maïmonide, dans son maître ouvrage, Le Guide des égarés, pose la question du mal. Chez lui, une solution s’esquisse, qui produit une doctrine intégrale de la providence, fondée sur l’intellect. Pour cela, le maître juif use de tous les moyens dont il dispose : outils philosophiques, qu’il cite, ordonne, et parfois dépasse ou contredit ; outils théologiques, scientifiques, talmudiques : toute sa connaissance est convoquée. Mais il ne s’agit pas de référer à l’autorité, ou aux autorités, pas plus qu’il n’est question d’inventer à neuf. Aristote, les péripatéticiens, arabes et grecs, les théologiens arabes : la pensée maïmonidienne use des outils forgés par les autres, mais elle en dispose souverainement. L’intelligence, telle que la regarde Maïmonide, ne conduit pas à tout prévoir ; elle n’est pas l’outil suprême du pouvoir, de l’omnipotence. Elle fait écho, ce qui ne sera pas le moindre des paradoxes de cette pensée si libre, à ce qu’Épicure écrit des dieux. Les dieux, dit le Grec, sont insouciants. Voilà pourquoi ils n’ont cure des hommes. Que Dieu n’ait cure, Maïmonide ne le dira pas ; mais que Dieu soit insouciant, l’auteur du Guide en conviendra si fort qu’il affirmera que l’homme intelligent, à l’horizon de son intelligence, reçoit également la condition divine – la divine insouciance.